Un cirque au(x) féminin(s)? Repenser et réinventer les genres

04avr(avr 4)13h0005(avr 5)12h30Un cirque au(x) féminin(s)? Repenser et réinventer les genresEn présentiel et en ligne

Détails

Voir le programme des journées

Lors de ce troisième évènement, après avoir abordé les questions de légitimités et les espaces du cirque engagé, nous souhaitons interroger la place des femmes dans le cirque contemporain et les assignations qu’elles subissent et/ou qu’elles parviennent à renverser. Dans l’imaginaire collectif, il n’est pas rare que les disciplines aériennes soient considérées comme des disciplines plutôt féminines tandis que les disciplines de force sont plutôt considérées comme masculines. Avec son numéro de trapèze travesti en femme, Vander Clyde Broadway, alias Barbette, est resté célèbre dans l’histoire du cirque pour sa posture iconoclaste. Cependant, certains stéréotypes restent aujourd’hui encore opérants dans le monde du cirque et ses représentations dominantes.
Depuis les années 2000, de nombreuses compagnies et collectifs proposent de questionner, voire de repenser les répartitions et les hiérarchies de genres dans le cirque contemporain sous de multiples formes : exploration scénique, réflexion plus globale sur les assignations de genre et engagement militant. Nous pouvons citer quelques exemples : la Compagnie Cabas explore la place des femmes dans le spectacle Desiderata, joué par six acrobates hommes à partir de la bascule coréenne ; le Projet P.D.F est « un collectif de femmes singulières […] qui veulent réfléchir aux antinomies de la vie » dont les « incompréhension de genre » ; la Collective/Femmes de Crobatie propose « des créations 100% féminines », tandis que la Collective Les Tenaces – extension de la Compagnie d’Elles – milite pour donner la parole et offrir de la visibilité aux femmes de cirque.
Outre l’étude de ces différentes pratiques, il nous semble intéressant de revenir aussi sur ce que signifie la présentation d’un corps féminin(1) dans l’espace social et sur une scène/piste, au sens où l’entend Zed Cézard à propos des clownes.
Ces différentes perspectives nous permettront de repenser l’histoire du cirque et de ses pratiques, qui ont jusque-là été construite selon un prisme essentiellement masculin.
Durant cette troisième journée d’étude du cycle « Cirque contemporain et engagement » (2022-2024), nous entendrons à nouveau des chercheurs et des chercheuses et des professionnel.le.s du spectacle sensibles aux approches d’études théâtrales, d’études sur le genre, d’histoire, d’anthropologie et de sociologie.

(1) « […] il s’agit de regarder l’aspect politique des corps en cela qu’ils sont corps sociaux, autrement dit corps de femmes et donc signifiants sur la scène sociale ». Zed Cezard, « La notion de territoire mise en perspective à travers l’étude de cas du Festival de clownes Esse Monte de Mulher Palhaça », Journée d’étude Lieux, espaces et territoires de cirque, Auch, octobre 2019. Voir : https://cccirque.hypotheses.org/647

Coordination : Marie Duret-Pujol (MCF Études Théâtrales, Université Bordeaux Montaigne) et Éléonore Martin (MCF en arts du spectacle vivant, Université Bordeaux Montaigne).

Voir la page du projet Cirque Contemporain et Engagement

Plus

Horaire

4 (Mardi) 13h00 - 5 (Mercredi) 12h30

Lieu

MSH salle 2

10 esplanade des Antilles

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer